Samedi 7 août 6 07 /08 /Août 00:00

    Enfin maitre jean se décida à me libérer les chevilles, et je pus avec soulagement me redresser quelque peu afin de soulager mes cuisses.Mais la fatigue était telle que je ne pouvais à peine tenir sur mes jambes.

           Très lentement, le palan cliqueta et mes bras endoloris purent à leur tour redescendre.Je ma laissais alors aller et

tombais à genou sur le sol, les bras ballants, sans meme me soucier de mes autres entraves.

          Je souriais niaisement et n'opposais aucune résistance quand leurs six bras me soulevèrent pour me déposer sur

la table.

    

               - Enfin un peu de repos, pensais-je.

 

          Mais aussitot mes bras et mes jambes furent à nouveau écartelés pour etre attachés à chaque pieds de la table.

        Ainsi, la soirée n'était donc pas terminée, loin de là!

 

         -Au moins je suis allongé et je n'aurai plus le poids de mon corps à supporter en plus, me dis-je.

 

        Je remarquais que plusieurs bougies tronaient sur des chandeliers et maitre jean s'empressa de les allumer.

 

          -Question d'ambiance, j'en concluais.

 

     Comme je me détendai quelque peu,à une vitesse surprenante d'ailleurs,maitre alexis se saisit d'un coup des pinces à seins qui me broyaient toujours les tétons et les dessera d'un coup.La douleur fut aussi intense qu'immédiate et l'afflux

de sang ainsi libéré d'un coup me fit hurler tellement j'avais mal.Pire encore que lors de la pose.

       Sans états d'ames, maitre alexis me malaxait les seins pour faire revivre leur extrémité.J'en pleurais presque.

      D'autant plus que maitre gilles de son coté s'occupait à libérer ma verge, otant soigneusement la cordelette quasi

incrustée dans les chairs de ma queue droite.

 

          Je les regardais faire, à la fois soulagé de l'arret de ce traitement et affolé par la douleur provoquée.

     

         Soudain une brulure intense se fit sentir près de ma poitrine.Hors de ma vue, maitre jean avait saisi une bougie et faisait couler quelques gouttes de cire chaude sur moi.Bientot elles atteignirent mes tétons encore traumatisés, me crispant de tout mon etre face à cette nouvelle agression.

        Ses complices attrapèrent à leur tour chacun une , voire deux bougies et un véritable flot de cire bouillant s'abbatit

alors sur mon torse glabre.Je serrai les dents, haletant à nouveau,mais cette nouvelle épreuve me procurait étrangement un bien etre exquis, tel un début d'ivresse.De fait, ma queue bandait toujours autant, malgré l'absence de liens. 

          

          Les deux seins maintenant recouvert d'une pellicule de cire, je sentis mes bourreaux viser de plus en plus bas sur mon corps.D'abord vers le nombril, qu'ils contournèrent puis tout près de ma queue.

        Quelques gouttes frolèrent mon gland et la chaleur était intense.

       Puis quelques autres se fracassèrent sur mes couilles toujours distendues,entre mes jambes.Je criai à nouveau tellement j'avais l'impression d'etre passé au fer rouge mais cela ne les arreta en rien puisqu'ils s'attaquèrent alors à ma tige,jusqu'à venir éclabousser mon gland violacé et turgescent.

           Très vite c'est mon sexe entier qui fut inondé de cire,et je jetai la tete en arrière ,savourant chaque seconde de cette indescriptible torture qui me procurait tant de plaisir.

 

 

 

 

 

Par floboy
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Texte Libre

Calendrier

Janvier 2017
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés